in , ,

Libération de Salem Bazoum après une période de détention

Libération de Salem Bazoum : Gestes d’apaisement de Niamey pour négociations Cédéao.

Le 8 janvier, le Tribunal militaire de Niamey a accordé la liberté provisoire à Salem Bazoum, fils de l’ancien président, détenu depuis le 26 juillet dernier. Il faisait face à des accusations de complot visant à porter atteinte à l’autorité ou à la sûreté de l’État. La médiation du Togo, désigné médiateur avec la Sierra Leone par la Cédéao, a permis cette libération dans le cadre des efforts pour trouver une solution négociée à la crise politique au Niger. La Présidence togolaise a salué cette libération comme un geste humanitaire et d’apaisement des autorités de transition en faveur de la paix durable et du développement.

Salem Mohamed Bazoum, étudiant en France, a été autorisé par le juge à voyager tout en restant à la disposition de la justice. Après sa libération, il a été remis aux autorités togolaises par le ministre des Affaires étrangères du Togo. Depuis le coup d’État du 26 juillet, Salem Bazoum était détenu avec ses parents, l’ancien président Bazoum et sa femme Khadija.

Des procédures judiciaires ont été entamées, avec une ordonnance en octobre 2023 constatant des voies de fait et des troubles illicites. Cependant, la libération n’a pas eu lieu en raison de l’appel des avocats de l’État. En septembre 2023, la famille Bazoum a porté plainte devant la Cour de justice de la CEDEAO pour violations des droits constitutionnels, notamment arrestation et détention arbitraires. Le verdict rendu en décembre a en grande partie donné raison à la famille Bazoum, déclarant que l’État du Niger avait violé leurs droits à la liberté de circulation et à ne pas être arrêtés arbitrairement.

Lors du sommet de la Cédéao en décembre 2023, le renversement du régime de Bazoum Mohamed a été acté, mais la libération de l’ancien président et de sa famille a été exigée comme condition préalable à la levée des sanctions économiques et financières contre le Niger. La libération de Salem Bazoum a été rendue possible grâce à la médiation entre les autorités de transition et les médiateurs de la Cédéao, dirigée par les présidents du Togo et de la Sierra Leone. Cette libération intervient en pleine préparation des négociations entre les autorités de transition et les médiateurs de la Cédéao, avec une mission des chefs de la diplomatie togolaise et sierra-léonaise prévue à Niamey d’ici la fin de janvier.

Comments

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Sables et symboles : La culture touareg révélée

Bénin : célébration de la fête nationale du vaudou