Actus Vue d'ailleurs

Tchad: Le bilan dans les marchent contre la junte

Le gouvernement tchadien a annoncé ce jeudi, un bilan d’une trentaine de morts dans les manifestations contre le maintien au pouvoir du président de la transition, Mahamat Déby.

Une « trentaine » de personnes dont une « dizaine » de membres des forces de sécurité ont été tuées, selon le porte-parole du gouvernement tchadien, lors d’affrontements à N’Djamena entre police et manifestants contre l’extension de la période de transition politique au Tchad

« Une manifestation interdite s’est transformée en insurrection. Il y a eu une trentaine de morts dont une dizaine d’éléments des forces de l’ordre et plusieurs blessés. Les manifestants ont attaqué des édifices publics, le gouvernorat, le siège du parti du Premier ministre, celui du président de l’Assemblée nationale », a déclaré à l’AFP Aziz Mahamat Saleh.

Les manifestants dénoncent la confiscation du pouvoir par le président de la transition, Mahamat Déby et l’extension du délai de la transition. Les forces de l’ordre, police et l’armée, ont été déployées pour dissuader les protestataires. Des tirs à balles réelles se font encore entendre, de façon sporadique. Plusieurs manifestants ont été arrêtés et d’autres ont été blessés lors des échauffourées avec les forces de l’ordre. De sources officielles, on dénombre une trentaine de morts dont, le jeune journaliste Oredjé Narcisse qui travaillait pour radio CEFOD.

L’Union Africaine condamne la répression des manifestants

Dans un tweet ce jeudi, l’ancien Premier ministre du Tchad et actuel président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki, a condamné la répression des manifestants au Tchad. « Je condamne fermement la répression des manifestations ayant entrainé mort d’hommes au Tchad. J’appelle les parties au respect des vies humaines et des biens et à privilégier les voies pacifiques pour surmonter la crise », a-t-il déclaré. Pour rappel, plusieurs partis politiques et coalitions de la société civile ont appelé à des manifestations le 20 octobre au Tchad pour protester contre la prolongation de la période de transition à deux ans. Ces derniers exigent du président de la transition Mahamat Idriss Deby de remettre le pouvoir à un civil, conformément à sa promesse, au terme d’une transition de 18 mois, qui prend fin le 20 octobre.

Comments

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

close

Ad Blocker Detected!

Refresh

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.