in ,

Niger: La Russie rejette catégoriquement toute intervention militaire au Niger

La Russie a exprimé sa ferme opposition à toute intervention militaire au Niger, mettant en garde contre les conséquences potentiellement désastreuses

This handout photograph taken and released on January 17, 2022 by Russian Foreign Ministry, shows Russian Foreign Minister Sergei Lavrov attending a meeting with Croatian Foreign Minister in Moscow. (Photo by Handout / RUSSIAN FOREIGN MINISTRY / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Russian Foreign Ministry" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

La Russie a exprimé sa ferme opposition à toute intervention militaire au Niger, mettant en garde contre les conséquences potentiellement désastreuses d’une telle action pour la stabilité de la région du Sahara et du Sahel. Dans un communiqué publié par le ministère russe des Affaires étrangères, Moscou a souligné la nécessité de rechercher des solutions politiques et diplomatiques pour résoudre la crise au Niger, plutôt que de recourir à des moyens militaires qui pourraient aggraver la situation.

Le communiqué du ministère russe des Affaires étrangères déclare : « Nous pensons qu’une voie militaire de résolution de la crise au Niger pourrait conduire à une confrontation prolongée dans ce pays africain ainsi qu’à une forte déstabilisation de la situation dans l’ensemble de la région du Sahara et du Sahel ». La Russie met en avant l’exemple d’autres interventions militaires dans la région, qui ont souvent entraîné une escalade des conflits et des conséquences imprévues.

En fin de compte, la position de la Russie souligne l’importance de la prudence et de la réflexion approfondie avant de prendre des mesures militaires dans des régions sensibles comme le Sahel et le Sahara.

Comments

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Niger: Premier Conseil des Ministres de Transition au Niger : Nouveau Gouvernement en Action

Niger: Le CNSP annonce poursuivre Mohamed Bazoum pour « haute trahison »