in

Molare répond aux attaques de Safarel Obiang

« je n’accepte pas les injures, j’en ai marre. Je ne permets pas à Safarel de m’insulter », exige le Molare. Quant à la maison non reçue de Safarel Obiang…

Peu avant la 7ème édition des Primud, les tensions montent sur la toile. Safarel Obiang s’insurge contre le non respect des promesses de Molare quant à la maison promise. Très remonté, Safarel s’est attaqué via des propos crus au Molare. Le boss du Coupé decalé agacé répond à son tour.

Après les attaques et injures de Safarel, Le Molare donne sa version des faits. Invité sur un plateau télé ce midi, Morale a répondu aux accusations de Safarel. « Je n’ai pas reçu des appels, ni des messages de Safarel. J’ai parlé avec son manager Rita« , a révélé Le Molare. Puis de s’insurger à son tour « je n’accepte pas les injures, j’en ai marre. Je ne permets pas à Safarel de m’insulter », exige le Molare. Quant à la maison non reçue de Safarel Obiang, le promoteur s’est fait fort de répondre lui-même à toutes les interrogations.

Selon le promoteur immobilier, Safarel Obiang ne serait pas encore entrée en possession de sa maison en raison des engagements qu’il n’aurait pas lui-même tenus. Le promoteur a fait savoir à l’opinion publique que Safarel, avait en effet demandé une autre maison plus grande que celle qui devrait lui être octroyée en tant que lauréat du Primud d’or. De fait, il était convenu que Safarel rajoute la somme de 45 millions pour entrer en possession de sa nouvelle maison. Chose qu’il n’aurait pas encore fait jusqu’à ce jour.

Cependant, le promoteur dit être disposé à remettre la maison de Safarel Obiang dans un délai d’un mois précis, à condition qu’il lui présente des excuses publiques, pour l’avoir vilipendé sur la toile. Et qu’il honore par-dessus tout son engagement de rajouter les 45 millions pour sa nouvelle maison

Newbie

Written by Gervais Doumde

Comments

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Safarel Obiang tacle Molare pour sa maison Primud

2ème Edition du Film “Deux flics à Niamey”